Opérations trentenaires

Après sa mise en service, une installation sprinkler doit subir un diagnostic de remise en conformité tous les 30 ans. Cette opération est plus communément appelée REVISION TRENTENAIRE.

L’objectif assigné est d’obtenir un niveau de sécurité comparable à celui procuré par l’application du référentiel applicable (Règle APSAD R1 – EN12845) en vigueur à la date des travaux de remise en conformité. L’installateur ou le cabinet d’ingénierie en charge de l’étude doit in fine présenter un système conforme, les seules adaptations admises doivent avoir été acceptées par le CNPP, les autorités ayant la compétence et la société d’assurance qui couvre le risque, et ce, préalablement aux travaux.

L’étude de remise en conformité des installations sprinkler se décompose en 3 phases d’investigation :

Phase n°1 - Visite initiale et audit du risque

Objectifs

  • Sensibiliser et informer le client
  • Définir la protection requise par la règle en vigueur afin de déterminer des éléments de protection incompatibles

Description des opérations à mener

Analyser les besoins actuels

  • classer les activités et risques incendie
  • Définir la protection requise par la règle en vigueur
  • Définir les sources d’eau requises par la règle en vigueur

Analyser le système existant

  • Contrôler l’étendue de la protection, en particulier identifier les zones non protégées en communication avec ou à moins de 10m des zones protégées
  • Apprécier sans démontage et collecter l’information sur l’état des réseaux
  • Décrire et tester les sources d’eau existantes
  • Comparer les deux analyses et définir les éléments de protection à priori compatibles

Phase n°2 - Investigation détaillée

Objectifs

Dresser l’état des lieux en vue de rechercher de façon détaillée les parties compatibles du système existant avec celui prévu et décider de la sauvegarde ou du réemploi de certaines parties du système.

Description des opérations à mener

Sources d’eau

  • Dispositif d’essai : faire poser un tel dispositif si inexistant, prévoir le rejet éventuel de l’eau à l’extérieur
  • Eau de ville : faire une mesure précise des caractéristiques hydrauliques
  • Groupes de pompage : mesurer les caractéristiques hydrauliques, vérifier la conformité de l’installation électrique, effectuer un essai d’endurance des groupes
  • Exécution d’un essai de reprise si présence d’un groupe électrogène de secours
  • Détermination de la hauteur d’eau utile requise et de la submergence antivortex, calcul et mesure du NPSH

Analyse détaillée des réseaux

  • Établir des isométries pour chaque réseau et lancer les scénarios de calculs hydrauliques
  • Rechercher les points de non conformité importants
  • Diagnostics physiques des réseaux (ACE Diag)
  • Vérification de l’état interne des tuyauteries au regard du processus de corrosion et d’embouage des réseaux
  • Analyses physico-chimiques des eaux des réseaux incendie sprinkler pour connaître leur tendance corrosive et/ou entartrante
  • Analyses métallographiques de manchettes de tuyauterie, identification du type de corrosion en présence, détermination de la composition chimique de l’acier et contrôle d’épaisseur des traitements galvaniques
  • Exécution des essais d’arrivée d’eau pour tous les réseaux concernés
  • Prélèvement et test de fonctionnalité des têtes sprinkler

Phase n°3 - Rédaction du cahier des charges

Objectifs

Lister avec le plus de précision possible les travaux à effectuer afin :

  • D’être en mesure de décider s’il est possible de réutiliser des parties du système et de chiffrer le coût de leur remise en état;
  • D’éviter une succession de travaux supplémentaires en cours d’exécution du chantier;
  • De faciliter la comparaison des offres.

Desciption des opérations à mener

Le cahier des charges définissant les travaux à effectuer doit, in fine, permettre au système sprinkler de répondre à toutes les exigences de la Règle APSAD R1 en vigueur. Toutefois un certain nombre de points peuvent faire l’objet de dérogations avec l’accord préalable du CNPP. Il est du ressort de l’installateur ou du cabinet d’Ingénierie Conseil de se rapprocher du CNPP pour justifier et obtenir les dérogations visées.